Les Amis du Théâtre Populaire
Théâtre Populaire d'Aix-en-Provence : Théâtre à Aix-en-Provence, Marseille et Bouches du Rhône


APRÈS NOTRE DERNIER SPECTACLE

QUAI OUEST
de Bernard-Marie Koltès
mise en scène de Franck Dimech
ARTICLE DE LA PROVENCE du 14 décembre 2018

La Provence 14 XII 2018

Quand Dimech met en scène du Koltès en cantonais

ON A VU et on aimé son "Quai Ouest" au Théâtre Vitez dans le cadre des ATP

LUne nuit, un homme riche…Il a décidé de mourir dans un fleuve qui n'a pas de nom et descend de sa jaguar pour échouer avec sa dévouée secrétairedans un no man's land.

Pour symboliser l'autoroute désertée, le hangar désaffectée, le quai abandonné des bateaux, des travailleurs et des touristes, la scène est plogée dans l'obscurité. Magnifique travail sur la lumière signée Sylvain Faye, enrichi de musiques de Chopin totalement déstructurées jouées au piano, le spectateur est d'emblée saisi.

La pièce Quai Ouest de Koltès proposée par Franck Dimech, insiste sur l'aspect crépusculaire du texte en offrant des moments crus et poétiques. Dans cette zone de non droit où se déroule l'intrigue, survivent des exclus : une famille de migrants réfugiés d'une guerre, elle aussi sans nom. Se succèdent alors Koch, Maurice 60 ans, Pons, Monique 42 ans. Cécile 60 ans, sa fille Claire 14 ans ; son mari Rodolphe, 58 ans, Charles leur fils 28 ans. Un garçon surnommé Fak, 22 ans environ et un homme d'une trentaine d'années sans nom que Charles, au début appellera deux ou trois fois "Abad".

Petit trafiquant, étranger, enfant fou, l'arrivée de ce voyageur sans bagages mais qui possède une montre de haute valeur, bousculera le précaire ordre établi dans cet espace hors du temps, va bouleverser le quotidien de ce que Franch Dimech définit comme un "misérable biotope"

"Le texte comme le signalait lui-même parfois Koltès est parfois trop long à jouer, mais les acteurs, eux, sont toujours trop lents. Ils ont tendance à non pas dire les mots mais les peser, les montrer, leur donner du sens." C'est tout le contraire avec l'impeccable direction au cordeau de Franck Dimech. Tous d'une densité dramatique notable, les comédiens asiatiques secouent les phrases por en tirer leur aspect électrique.

Donnée en chinois cantonais surtitré, la pièce a été coproduite par le On&On Theater de Hong Kong, le Théâtre de Ajmer de Marseille, et le pôle aixo-marseillais Les Théâtres. Crée l'an dernier elle a été reprise aux Bernardines, avant qu'on la voie donc à Aix au Vitez pour la saison des Amis du Théâtre Populaire (ATP).

Bonne idée car la magnifique théâtralité de Quai Ouest bouleverse et impressionne. Ça va vite, ça sonne fort, ample, clair, sans "psychologisation" des personnages. Avec une mise en scène qui brise la fracture entre art asiatique et art occidental, quelque part entre Pasolini et Ozu, si l'on s'en tenaità la référence cinématographique. Et en l'occyrence dans un hymne au théâtre, à la joie de jouer et à la création artistique.

Jean-Rémi BARLAND